labo-test-smallJe suis allé faire un tour à l’évènement organisé par Rezonance sur le management et les émotions. Le thème des émotions est vaste et passionnant pour ceux qui sont intéressés par la façon dont ils peuvent se sentir mieux avec eux-mêmes, mieux avec les autres et savoir gérer les émotions qui viennent dans certaines situation pour pouvoir agir avec choix au lieu de réagir de façon automatique aux situations.

J’étudie avec intérêt ce sujet depuis longtemps et étais en train de lire un livre excellent au sujet du QE  : « Emotional Intelligence Coaching » par Stephen Neal, Lisa Spencer Arnell et Liz Wilson (dont je ferais peut-être bientôt un résumé sur ce blog) lorsque j’ai reçu une invitation par un collègue coach et formateur à Genève qui est membre de Rezonance depuis maintenant quelques années.

Je me suis donc rendu à la conférence avec mon netbook pour prendre quelques notes dont vous allez pouvoir lire le détail mis en forme dans ce post. L’évènement a été organisé autour de la sortie du livre intitulé « Génération Q de Jacques Séguéla, publicitaire à succès depuis près de 50 ans et de Christophe Haag, docteur en management à l’EM Lyon.

J’ai fait un maximum pour les rendre compréhensibles et aussi fidèles que possible aux propos des différents intervenants. Pour référence, j’ai ajouté les vidéos qui ont été mises en ligne sur Viméo pour chacunes des grandes sections de ce post.

Le Management et les émotions – début de conférence

La soirée a d’ailleurs commencé par une introduction de Mr Pastore – Directeur Marketing de l’EM Lyon,  qui est une business school très bien placée dans le classement européen. Je trouve intéressant de voir que le quotient émotionnel des collaborateurs est pris en compte au delà de leur compétences techniques et que les écoles qui forment les managers mettent cet aspect en avant.

Ensuite Christophe Haag a commencé à introduire le sujet de l’intelligence émotionnelle et de l’importance de cette composante qui est au moins aussi importante que la logique dans l’importance du management. En étudiant et observant les grands dirigeants, il s’est aperçu que les émotions étaient bien présentes et qu’elles jouaient un rôle déterminant dans les moments de crise.

Jacques Séguéla et l’importance de l’intelligence émotionnelle

Il diffuse ensuite une vidéo de Jacques Séguéla qui est l’auteur entre autres du livre « La Force Tranquille ». Avec une carrière de 50 ans dans la publicité, il attribue une grande part de sa réussite à l’intelligence émotionnelle pour lui qui à l’époque de ses études avait obtenu de résultats catastrophiques aux tests de QI.

Pour lui le QI sans l’intelligence émotionnelle ne mènent nulle part individuellement mais mènent à la réussite si ils sont alliés. L’intelligence logique que symbolise le QE  n’est pas adapté au monde d’aujourd’hui et c’est la compréhension des émotions qui vont mener le monde vers l’avant et amener les gens à vivre autrement.

Les valeurs que porte le QE sont artistiques, intuitives, tendres – c’est le germe de la déstructuration de la pensée et la libération des émotions.

Les médias sont les plus grand fournisseurs d’émotions et de compassion. Il explique que le livre ne doit pas être lu de façon scolaire mais au contraire, il doit être ressenti comme les 42 dirigeants qui ont partie de l’étude et ont reconnu avoir atteint leur position grâce au QI. Pourtant, ils ont aussi pu se rendre compte que c’est leur intelligence émotionnelle qui leur a permis de bien gérer et manager pour rester en place.

Dans la vidéo Jacques Séguéla explique aussi au quel point son quotient émotionnel a été un élément déterminant de sa réussite et raconte anecdotiquement comment en déclarant « Moins de tests et plus de testicules », Sylvain Mathieu l’a contacté en lui envoyant une photo des siennes pour attirer son attention – débouchant sur un partenariat de plusieurs années entre les deux hommes.

Il distingue trois niveaux dans le QE mais je n’ai pu en identifier que deux dans ces propos:
-Sur le plan professionnel dans le domaine du recrutement.
-Dans le domaine de la vie personnelle expliquant comment il a rencontré sa femme qui était alors son employée.

4 compétences du dirigeant à l’intelligence émotionnelle développée

Christophe Haag explique que le QI c’est se placer « au-dessus » des gens alors que le quotient émotionnel c’est se mettre au même niveau qu’eux pour connecter. Les précurseurs de l’intelligence émotionnelle sont Peter Salovey et Jack Mayer qui ont identifié les 4 compétences de l’intelligence émotionnelle :

  1. L’habileté à reconnaître les émotions chez soi et chez les autres. L’émotion doit correspondre à la situation et certaines personnes sont plus habiles que d’autres pour jouer leur « gammes émotionnelles ». Il énonce en passant les 6 émotions de bases : La peur, la colère, le dégoût,  la tristesse,  la colère et la surprise. En affichant 6 visages représentant les 6 émotions sur l’écran de la salle, 90% des membres de l’assistance arrivent à reconnaitre les émotions affichée sans difficultés.
  2. Assimiler les émotions dans la pensée. Le docteur Haag explique que les personnes qui ont développé des compétences de calcul extraordinaire tels que Alexis Lemaire appelé aussi le calculateur humain qui effectue des calculs colossaux raisonne aussi vite grâce à l’émotionnel. Il a associé un ressenti positif aux résultats paires et négatif aux résultats impaires. Ceci lui permet de trier des combinaisons de chiffres extrêmement rapidement. Sur le même mode, Daniel Tamette auteur de « Je suis né un jour bleu » est capable de retrouver le jour de naissance de quelqu’un à partir de sa date de naissance ainsi que beaucoup d’autres prouesses mentales du même genre.
  3. Comprendre les émotions – certaines personnes son capables de prédire le futur émotionnel de quelqu’un. Cela demande d’être capable de situer quelqu’un sur le plan émotionnel et de l’amener dans le sens des émotions désirées.
  4. Manager les émotions – la capacité à réguler les émotions. « The marshmallow experiment » – l’objet était de mettre des enfants de 4 ans en moyenne dans une salle isolée et on leur donnait le droit de manger son bonbon maintenant mais si il attend 40 minutes, il peut en avoir une de plus. Beaucoup on craqué mais le faible pourcentage de ceux qui ont su attendre, on ensuite remarqué que les enfants qui s’étaient abstenus obtenaient les meilleurs résultats scolaires et étaient aussi les stars de la récré.

Le quotient émotionnel des managers en action

Certaines situations créent énormément d’émotions dans le monde de l’entreprise : perte de client principal, mort d’un des dirigeants…. Christophe Haag a voulut déconstruire le mythe du dirigeant calculateur et froid, sans émotions, ainsi que le manque d’émotions dans les évènements de type conseils d’administration.

Pour l’étude, les 42 grands patrons ont été étudiés sur leur réponses à des questions mais aussi dans la situation d’une situation critique.

L’étude a permis de trouver deux familles bien distinctes – les plus intelligents émotionnellement et les moins élevés en QE:

Plus le dirigeant est émotionellement intelligent, plus il va vouloir exprimer des émotions positives. Au final, le patron a haut QE arrive à faire passer des émotions positives au conseil d’administration même après les crises. Ceci a pour effet de créer une représentation commune pour entreprendre des actions cohésives et accélérer la mise en action du conseil d’administration.

Les astuces des dirigeants à intelligence émotionnelle élevée

Les dirigeants qui ont une intelligence émotionnelle développée utilisent les techniques suivantes après les situations de crises lors de la réunion du conseil d’administration réunis pour faire un état de la situation :

  • Ils n’utilisent pas de chiffres, ni de graphs ou de slides après les situations difficiles. A l’opposé les bas QE utilisent des visuels pour relater les faits et dans certains cas renvoient immédiatement le conseil d’administration.
  • Il a été observé que les hauts QE parlent vite (beaucoup plus vite que la moyenne).
  • Ils utilisent des fables – celle de la perdrix et du laboureur est apparemment très prisée par les dirigeants.
  • Ils commencent leur discours sur des choses positives AVANT de parler des choses difficiles et des problèmes.
  • Ils utilisent l’humour pour dédramatiser et créer des émotions positives.
  • Ils semblent arriver à causer une contagion émotionnelle positive du fait de leur statut et de leur capacité à gérer leur état émotionnel.

Il termine ensuite son intervention par les mêmes mots prononcés par Jacques Séguéla dans la vidéo :

« QI sans QE n’est que ruine de l’âme, QE sans QI est la ruine de l’esprit. » – Jacques Séguéla

Table Ronde sur le management et les émotions

La soirée s’est ensuite poursuivie par un table ronde regroupant plusieurs managers, coaches et chercheurs tournés vers le sujet de l’intelligence émotionnelle en rapport avec l’entreprise. J’ai pris les notes sur les différents éléments autour du sujet classé par intervenant :

Christophe Haag – Docteur en Management à l’EM Lyon et co-auteur de « Génération QE »

 

  • Philips en partenariat a développé un émo-bracelet qui annonce un bouillonnement émotionnel. C’est pour les traders et cela permet de tenir la personne au courant de sa situation émotionnelle pour ne pas faire d’erreur.
  • Un étude a montré que 82 prix nobels s’étaient beaucoup plus basés sur leur intelligence émotionnelle pour leur découvertes.

Sophie Froment – DRH chez Electronic Arts

 

  • Chez Electronic Arts, on utilise aucun test de QI ou de QE. Il est évident que ce sont de outils importants pour lire les personnes qu’on va recruter et on a toujours une image fixe de la carrière de la personne a un temps T et la partie émotionnelle est déjà beaucoup plus appréhendées.
  • Y-at’il des profils particuliers sur le plan émotionnel qui font évoluer les managers plus vite dans l’entreprise ? L’entreprise est passée par des phases de croissances avec des moments positifs à un environnement complètement différent avec des renvois et la crise, l’intelligence émotionnelle est requise sur un autre mode. C’est ce qui fait toute la différence.
  • Il y a clairement des fonctions dans l’entreprise où le QE joue un rôle important. Si vous gérez mal vos émotions et que vous hurlez sur les clients cela peut poser des problèmes même si, dans certains cas précis, cela peut être le moment de jouer cette carte pour faire avancer les choses.
  • Clairement dans le management, c’est une compétence qui se distingue. Pour le reste, les impacts peuvent varier mais cela reste un outil qui est utile pour tous. Le QE est un élément qui permet de bien travailler dans des contextes différents.
  • Souvent pour des jeunes diplômés, il y a moins de matière à analyser et elle est une fan de la rubrique HOBBYS car ce qui était très intéressant c’est de voir le candidat en parler. La façon d’en parler permet de voir les émotions chez le candidat.

Laurent Shütz – Psychologue du Travail et fondateur de EQUITES

 

  • La problématique est la capacité à re-développer ou retrouver des choses qu’on a construites de façon particulière et dans le jeu social qui nous entoure. Les chevaux jouent ce jeu en nous percevant comme nous sommes. Un manager face a un cheval va vouloir savoir sur quelle base va se créer la relation. Cet animal est exigeant sur le plan de la sécurité émotionnelle et ne fait pas de compromis comme le ferait le chien par exemple.
  • En arrivant chez vous, comment ça se passe ? BIEN ! On prend du temps pour cadrer vos objectifs et on va très vite aller voir le cheval pour construire avec lui une relation de respect et de confiance mutuelle et dans ce travail là, on apprend a donner du feedback non verbal pour lui montrer qu’on a entendu et qu’on est prêt au respect mutuel et lui donner de la place pour créer un climat de confiance. Ce qui est important dans la transposition pour pouvoir mettre cela en application dans un conseil d’administration.

Didier GrandJean – Neuroscience an Affective Dynamics Lab

 

  • Après une semaine axée autour du sujet de l’intelligence émotionnelle, on a eu un gros problème autour de la définition du QE. A l’instar du QI, il n’y a pas de possibilité d’y assigner un chiffre. Il y a la capacité a reconnaître l’émotion, la gérer, mieux les circonscrire…
  • Il y a toute une série de recherches faites et c’est l’objet de nombreuses publications et il y a un réseau distribué. Un des centres sont le cortex orbito-frontal dans la prise de décision mais aussi l’amygdale pour percevoir les émotions chez les autres.
  • On met en place des protocoles de ré-entrainement sur la focalisation de l’attention sur les signes importants pour réapprendre les émotions aux autistes.

Gilles Gauthier – Fondateur de Aiguillage SA

 

  • L’émotionnel peut vite avoir des écueils dans certaines entreprises ou il n’y a pas de contre-pouvoir. Chaque entreprise va avoir la couleur de ses dirigeants.
  • Observe dans la transmission d’entreprise familiale, c’est très émotionnel car celui qui va céder son entreprise va se voir amputer et rompre des relations misent en place avec des clients, fournisseur et collaborateurs…Faire la prise de conscience qu’il va devoir laisser tout cela et s’occuper autrement mais il y a parfois besoin des gens qui reculent car la transmission d’entreprise peut être un vrai deuil.
  • La pire des choses c’est transmettre sont entreprise soit même car il faut éviter de mettre des doutes dans la tête des employés et partenaires et pouvoir se faire conseiller pour la transmission de leur entreprise.

Session de questions réponses au panel d’invités

Q: Bonsoir et merci pour ces interventions. Cela fait plus de 25 que je suis dans le domaine de l’émotionnel. Culturellement parlant les émotions ne se manifestent pas de la même façon. Plus j’ai essayé de montrer l’importance des émotions chez les dirigeants avec des preuves scientifiques, plus ils se sont fermés ET plus j’ai essayé de créer l’espace pour que les émotions puissent s’exprimer, plus ils étaient ouverts aux concepts des émotions. Comment éviter que tout ce débat scientifique ne parte dans le sens du tout émotionnel ? Comment encourager les dirigeants à aller dans ce sens là ?

Laurent Shütz : la notion culturelle est prise en compte car ici avec le cheval, le personnes viennent avec l’impression de ne pas pouvoir comprendre le cheval – il y un aspect interculturel – avec les êtres humains, on projette plus facilement sur eux.

Didier GrandJean : On pense pouvoir effacer les différences culturelles où on a ces prototypes émotionnels. En Asie les personnes regardent plus le haut du visage et manquent parfois certaines émotions. Notre expérience et notre système nerveux central tente toujours de prédire ce qu’il va arriver et quand on fait des tests pour reconnaître l’émotion chez l’autre on peut ne pas être bon pour les reconnaître chez soi.

Christophe Haag : Quand vous passez un test de type QI, on cherche aussi a vérifier la validité de l’outil sur les populations différentes. A EM Lyon, on donne des cours de piqure de rappel sur le fait de fonctionner avec des humains. On fait aussi intervenir des travaux qui commentent d’un point de vue qualitatif de l’une ou l’autre des compétences émotionnelles. J’ai aussi travaillé avec des gens qui mettaient en place de émotions – méthodes théâtrales permettent de développer ces compétences là.

Q: Où peut-on se procurer des tests pour évaluer son QE ?

Christophe Haag : Il y a l’outil de Mayer pour tester son QE en anglais – offre une mesure a peu près fiable de l’intelligence émotionnelle. Ce tests sont payants car si on le rend publiques et on mesure plus une compétences mais plutôt une capacité d’apprentissage – pour le trouver Googler « Msceit test ».

Q: Dans le recrutement, on utilise beaucoup les tests « disc insight » – on y parle pas de QE, qu’en pensez vous ?

Sophie Froment : on est dans autre chose, car il s’agit de mesurer les forces ou qualités qu’a l’équipe pour savoir si elle va être complémentaire et c’est me semble-t-il, un angle très différent. On parle là de cohésion d’équipe et ce sont des angles très différents – ce n’est pas le même objectif qui est visé.

Gilles Gauthier : les tests qu’on peut utiliser servent à identifier les profils qu’on ne doit pas mettre ensemble.

Q: on a parlé des différences culturelles – certaine thèses out théories veulent démontrer que les cerveaux des homme et des femmes ont évolué vers des différences. Y-a-t’il une différence entre l’un et l’autre et ne serait-il pas mieux de laisser le management aux femmes ?

Didier GrandJean : Les participantes sont plus réactives et on obtient de meilleurs signaux. On calcule les normes sur des différences inter-genre et pour le reste de la question je vous laisser décider.

Christophe Haag : Entre l’homme et la femme, il y a plus visiblement une capacité à montrer ses émotions et une réceptivité émotionnelle. Pour ce qui est de mon échantillon, il y a 7% de femme dans les dirigeants des entreprises du CAC40, il y en avait une seule dans mon panel et j’ai dû l’écarter pour des raisons statistiques et scientifiques. On milite cependant pour l’arrivée des valeurs féminines dans ce milieux la.

Q: Les compétences émotionnelles sont autres que les compétences logiques et n’y a t-il pas un paradoxe ?

Didier GrandJean : Pour identifier un phénomène, il est difficile de ne pas avoir une approche scientifique. Sinon on est dans un discours vague et il faut identifier ces objets à travers une démarche professionnelle .

Voilà pour les notes que j’ai pu prendre sur cet évènement extrêmement intéressant sur le sujet des émotions.

Termes recherchés par les visiteurs sur le blog Com'Coach :

  • Christophe HAAG CONFERENCE LYON